Rencontre

Conférences Treize minutes : le féminisme

Appartient au cycle : Le féminisme n'a jamais tué personne !

fauteuil rose avec écrit féminisme
©️ Arnaud Fullenwarth / Bpi
Infos

Le 22/02/2021
à 18h30

Événement en ligne
Entrée libre

Rencontre diffusée en direct sur notre page Facebook et sur notre site

Public visé :

Tout public

Contacts

Contactez le service Communication

Un thème, cinq intervenantes. Chacune a treize minutes pour traiter le sujet en fonction de son expérience professionnelle, son domaine de recherche ou son parcours personnel. Cinq points de vue singuliers pour une approche plurielle du féminisme.

Par ces regards croisés, cette soirée transdisciplinaire propose de prendre un peu de hauteur et de lancer des pistes de réflexion.

 

En partenariat avec Causette, le site de l’actualité féministe, société, écologie, intime, culture et la newsletter Les Glorieuses qui réunit la première communauté féministe en France avec plus de 150 000 abonné·e·s en ligne.

logo Causette

logo les glorieuses

Avec

Mounia El Kotni, chercheuse en anthropologie du genre et de la santé, co-autrice du livre Notre corps, nous-mêmes (Ed Hors d'Atteinte)
Iris Brey, journaliste et critique de cinéma, autrice de Le Regard féminin et Sex and the series (Éditions de l'Olivier)
Noémie de Lattre, actrice, metteuse en scène
Camille Froidevaux-Metterie, philosophe, professeure de sciences politiques, autrice de Seins. En quête d’une libération [Anamosa]

Iris Brey, « Violences faites aux femmes et violences féministes : quelles représentations de violences incarnent les corps des femmes ? »

« Comment les violences faites aux femmes sont-elles représentées au cinéma et dans les séries? Est-ce que les personnages féminins sont violents sur nos écrans? Est-ce que la représentation de violences féministes peut devenir une stratégie politique? Je propose une analyse de la représentations de ces violences en revenant sur les termes male gaze et female gaze, en regardant de plus près la fonction du genre des films et séries “rape and revenge” dans la construction de ces images. »

Mounia El Kotni, « Gynécologie, cancer : les femmes face au sexisme médical »

« De la puberté à la ménopause, et parfois bien avant et bien après, les corps des femmes sont regardés, touchés, pesés, ouverts, par les médecins, souvent sans le consentement des patientes. Mettant en miroir le parcours de cancer du sein et le suivi gynécologique et obstétrical, je propose une analyse du sexisme médical et de la façon dont ses composantes systémiques sont renforcées par des comportements individuels. L’institution médicale devient alors pour les femmes un lieu où oppressions et soins sont inextricablement liées. »

Camille Froidevaux-Metterie, « Les féministes, le corps des femmes et le féminin »

« Les femmes n’ont été longtemps que des corps, enfermées dans les deux fonctions sexuelle et maternelle et exclues pour cela du statut moderne d’individu libre et égal. Les féministes ont décidé d’en terminer avec cette immémoriale assignation corporelle, contre la maternité, la conjugalité et l’hétérosexualité obligatoires hier, contre les violences sexistes et sexuelle aujourd’hui. Tout l’enjeu consiste désormais à penser le corps féminin sans tomber dans l’ornière essentialiste. Je propose de le faire en l’abordant sous ses deux facettes de lieu par excellence de la domination masculine et de vecteur privilégié de la libération des femmes. Cela implique de creuser cette notion-piège de féminin dont je montrerai qu’elle renvoie bien plus au corps qu’aux femmes… »

Noémie de Lattre, « Démasculinisons la langue française ! »

« On pense avec des mots et on façonne le monde avec des pensées.
Les hommes qui, à la fin du XVIIIème siècle, ont masculinisé la langue française l’avaient bien compris.
Aujourd’hui, c’est un enjeu capital -et non pas un caprice de féministes qui « n’ont pas mieux à faire »- de permettre aux femmes, l’autre moitié du peuple français, d’exister à nouveau dans la langue. »

Publié le 25/03/2020 - CC BY-SA 4.0