Evénement

Nirvana, In Utero : mainstream et intégrité

Appartient au cycle : La Chambre d'Echo(s)

In Utero artwork
In Utero artwork
Infos

Le 30/01/2016
à 18h00

Salon Jeux Vidéo

Bibliothèque publique d'information
Niveau 1
Entrée rue Beaubourg
75004 Paris

Entrée libre dans la limite des places disponibles

Entrée libre dans la limite des places disponibles
 

Contacts

Conception et organisation
Claude-Marin Herbert
claude-marin.herbert@bpi.fr

Communication
contact.communication@bpi.fr
 

Retrouvez cet événement sur

Rencontre organisée dans le cadre du cycle “La Chambre d’Echo(s)”, nouveau rendez-vous musical de la Bpi.

Ce mois-ci : autour de l’album In Utero de Nirvana (1993)

Nirvana, Serve the Servants (extrait)
Programme

Deux bibliothécaires de la Bpi vous donnent donc rendez vous, samedi 30 janvier à 18h dans le salon Jeux Vidéo, autour de ce “classique” controversé.



Nous préparons la platine, le café et le thé. Nous rassemblons quelques disques, livres, documents ; venez (“as you are”!) avec les vôtres, quels que soient les formats (cd, vinyle, mp3), et ce qu’ils représentent pour vous.

Quelques étapes importantes dans la carrière du groupe : 

1989 : forts d’une solide réputation dans les réseaux underground de Seattle et de ses environs, Nirvana, “petit groupe de rock sans importance” d’après son leader Kurt Cobain, sort son premier album, Bleach.

1991 : sur les recommandations d’un groupe respecté (Sonic Youth), le trio participe à la tournée The Year Punk Broke (qui rassemble sur les mêmes scènes, outre Nirvana, Dinosaur Jr., Babes in Toyland et Sonic Youth), quitte le label indépendant Sub Pop pour la major Geffen. C’est le baiser du tueur : le “petit groupe de rock sans importance” enregistre avec Butch Vig (producteur du Dirty de Sonic Youth, et futur leader de Garbage) son deuxième album, Nevermind, dont le single Smells Like Teen Spirit devient en quelques semaines une sorte d'”hymne officiel du peuple adolescent” (Stéphane Malfettes, American Rock Trip).

1993 : le groupe, soucieux de son intégrité, impose à Geffen d’enregistrer son troisième album, In Utero, avec l’intransigeant Steve Albini. Geffen est catastrophé par le son, en effet peu MTV-compatible. Le producteur de REM, Scott Litt, est appelé à la rescousse pour remixer les singles Heart-Shaped Box et All Apologies, pour le plus grand dépit d’Albini. La mort de Cobain en 1994 éteint la controverse.

2013 : Geffen publie une “20th Anniversary Edition Deluxe” de In Utero, comprenant l’album “officiel” sorti en 1993, les mixs originels de Steve Albini, de nombreux inédits et un remix de 2013 de cet album dont la postérité a finalement reconnu la trempe encore supérieure à celle de Nevermind

Considéré comme un chef-d’oeuvre, dans quelle version l’ultime album du groupe de Kurt Cobain est-il vraiment gravé ? Celle publiée de son vivant, mais sous la pression, en 1993 ? Ou celle de 2013, qui rend justice au travail avec Albini ? Quel son rend justice à ces chansons ?

Des passionnés “comparent les mixes” (Comparing the mixes) sur YouTube, mais les résonances subjectives d’un tel objet semblent inépuisables…

 

Publié le 17/12/2015 - CC BY-SA 4.0