Projection

Master classe de Marie-Violaine Brincard et Olivier Dury

Appartient au cycle : Master classe DEMC 2022

© Survivance

Le 07/12/2022
à 18h30

Cinéma 1

Centre Pompidou
Place Georges-Pompidou
75004 Paris

Voir sur une carte

Entrée libre, sans réservation
Public visé :

Tout public

Contacts

Contactez l’attachée de presse du cinéma

Contactez l’équipe de programmation cinéma

La cinémathèque du documentaire à la Bpi a le plaisir d’accueillir la master classe annuelle organisée et animée par les étudiants du master 2
pro DEMC (Le Documentaire, écritures du monde contemporain) de l’Université Paris Cité.

Master classe suivie d’une projection.

Master classe de Marie-Violaine Brincard et Olivier Dury

de Marie-Violaine Brincard, Olivier Dury

Marie-Violaine Brincard est agrégée de lettres modernes et diplômée d’un master 2 de réalisation audiovisuelle. Elle enseigne la littérature et le cinéma. Elle réalise son premier film documentaire, Au nom du Père, de tous, du ciel, en 2010 au Rwanda (sélection Premiers films au Cinéma du réel).

Diplômé de la Vancouver Film School au Canada, Olivier Dury est cinéaste et chef opérateur. Il réalise en 2008 Mirages, son premier film documentaire (sélectionné entre autres dans le Panorama français au Cinéma du Réel et récipiendaire du Prix premier au FID Marseille), puis Sous le ciel (États généraux du film documentaire) en 2012. Il écrit aujourd’hui une fiction.

Ensemble ils ont réalisé Si j’existe, je ne suis pas un autre en 2014 (Compétition française au Cinéma du réel) et L’Homme qui penche (également en compétition française au Cinéma du réel) en 2020. Ils développent actuellement un essai documentaire de science-fiction situé au Tadjikistan : Sur l’abîme, ainsi qu’un film avec les patients du centre psychiatrique de Cadillac : C’est le soleil qui éclaire la lune.

L’homme qui penche

de Marie-Violaine Brincard, Olivier Dury
01h34min, France, 2020

Le film raconte l’histoire d’un homme dont la vie est intimement liée à la création. Thierry Metz vit l’écriture comme une nécessité absolue. Il refuse d’entrer dans une quelconque carrière, de s’enrichir autrement qu’intérieurement et de se situer au-dessus des autres. Il revendique le besoin essentiel de poésie dans une société qui la déserte et affirme ainsi la primauté de la vie intérieure sur la vie matérielle. C’est la radicalité de son engagement et l’affirmation de ce principe qui sont à l’origine de notre projet, qui en imprègnent le mouvement et la forme. (Marie-Violaine Brincard, Olivier Dury)

Publié le 13/07/2022 - CC BY-SA 4.0