Projection

L’œil au détail – Cecilia Mangini

Appartient au cycle : Séminaire EHESS : le cinéma en acte (printemps 2022)

Image d'illustration
Droits réservés

Le 25/05/2022
à 14h00

Cinéma 1

Centre Pompidou
Place Georges-Pompidou
75004 Paris

Voir sur une carte

Billets en vente en ligne ou sur place
Public visé :

Tout public

Contacts

Contactez les organisateurs

Contactez l'attaché de presse

C’est l’Italie de l’après-guerre et des bidonvilles, des campagnes et des dialectes immémoriaux, des charrettes et des banlieues que dépeint Cecilia Mangini, complice de Pier-Paolo Pasolini, à qui elle a demandé d’écrire le texte de quelques-uns de ces courts métrages qui s’inscrivent pleinement dans la perspective néo-réaliste.

Dans le cadre du SÉMINAIRE : LE CINÉMA EN ACTE

L’École des hautes études en sciences sociales (EHESS) et La cinémathèque du documentaire s’associent dans l’organisation d’un séminaire de l’école : huit séances ouvertes à tout public, chaque mercredi de 14h à 17h. Chacune de ces séances consiste en la projection d’un film dans son intégralité, suivie d’une analyse et d’échanges, à l’occasion avec les réalisateurs et des techniciens. Ce séminaire entend mettre l’accent sur le processus de création, le faire le cinéma.

Programmation et animation des séances : Claire Simon (cinéaste) et Stéphane Breton (EHESS)

Étrangers à la ville

de Cecilia Mangini
00h11min, Italie, 1958

Une évocation des borgate de Rome, ces quartiers qui naissent de l’expansion et des mutations urbaines. Des jeunes gens s’énervent, traînent, s’agitent, rapinent, jouent ; Pasolini signe le commentaire de ce film directement inspiré de son roman Les Ragazzi (1955).

Maria et les jours

de Cecilia Mangini
00h10min, Italie, 1959

Portrait plein d’affection où Mangini saisit les jours de Maria, paysanne au caractère impétueux, qui dirige une ferme avec une grande poigne et un lien profond, ancestral avec la terre et les traditions du mezzogiorno.

Le Chant des marécages

de Cecilia Mangini
00h10min, Italie, 1961

Variation sur le peuple des faubourgs de la capitale, avec là aussi un commentaire signé par Pasolini. L’été romain donne lieu aux jeux, aux rires et aux chants ; le montage et les cadrages composent une chorégraphie gracieuse, mais l’éclatante beauté n’entame pas le regard profondément politique de Mangini.

Amour divin

de Cecilia Mangini
00h11min, Italie, 1961

Un rite moderne né après la Seconde Guerre mondiale mais inspiré de liturgies archaïques : le culte de la vierge au Sanctuaire de l’amour divin à une quinzaine de kilomètres de Rome. Sans commentaire et structuré par le musique avant-gardiste d’Egisto Macchi, ce film fut longtemps invisible. Il a été retrouvé en 2013.

Stendali (Suonano ancora)

de Cecilia Mangini
00h11min, Italie, 1965, italien, sous-titres français

Mangini filme, en insistant sur l’expressivité et la dramaturgie des visages, un rituel chanté par les « professionnelles du sacré » du village de Martano dans les Pouilles. Le commentaire de Pasolini se fonde sur des poèmes populaires et des chants à l’origine en griko, dialecte dérivé du grec.

Êtres femmes

de Cecilia Mangini
00h28min, Italie, 1965, italien, sous-titres français

Une analyse de la condition féminine en Italie, sous ses aspects économiques, sociaux, psychologiques, domestiques, mis en tension avec les modèles fabriqués par l’industrie culturelle. Un film de combat qui n’empêche en rien la très grande sensibilité du regard.

Programme

En présence de Stéphane Breton, Claire Simon

Publié le 28/03/2022 - CC BY-SA 4.0